Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > VISITE DU PALAIS > Histoire > La bibliothèque de la cour d'appel de Paris

14 mars 2011

La bibliothèque de la cour d'appel de Paris

C'est en 1893 qu'ouvre l'actuelle bibliothèque de la cour d'appel de Paris.
Autrefois située à entresol du Palais, elle prend de l'importance lors des travaux de reconstruction et d'agrandissement de la cour d'appel débutés en 1883.
Lieu de travail, chargé d'histoire.

entrée bibliotheque

La bibliothèque de la cour d’appel de Paris a été fondée en 1852, sur l'initiative de M. Delangle, Premier Président de la Cour d’Appel, qui s’intéressait au projet d’agrandissement du Palais de Justice et par conséquent celui de la cour.

A l’origine, les locaux de la cour d’appel étaient particulièrement étroits et insuffisants. La bibliothèque de la cour d'appel se trouvait à l’entresol de l’actuelle galerie marchande qui donne sur la Cour du Mai. Il existe peu de documents pouvant nous renseigner sur l’ancien emplacement de la bibliothèque, la plupart des archives ayant brûlé dans l’incendie de 1871.

Les travaux de la cour commencés vers 1847 s’étalaient sur plusieurs années et avançaient très lentement lorsque l’incendie de 1871 provoqué par la Commune éclata en faisant d’énormes ravages dans le Palais.

 

Un nouveau projet de reconstruction du Palais de Justice présenté par l’architecte Daumet proposait à la fois la reconstruction de la cour d’appel, l’agrandissement et l’achèvement du Palais. Ainsi, concernant la cour d’appel, les travaux prévoyaient l’appropriation des bâtiments du quai des Orfèvres et la construction d’un bâtiment au fond de la Cour de la Sainte Chapelle afin d’installer de nouvelles chambres, divers services et la bibliothèque de la cour.

La Préfecture de Police qui occupait une partie de l’emplacement actuel de la cour sur le quai des Orfèvres, devait quitter définitivement le Palais pour s’installer en face, à la Caserne de la Cité. Le transfert dans les nouveaux locaux ne fut pas très rapide, ce qui ne facilita pas l’exécution des travaux de la cour d’appel qui durèrent de 1883 à 1893.

Dés le début, il était prévu de construire un grand espace permettant d’entreposer un important fond de bibliothèque. La bibliothèque de la cour d’appel se tient depuis cette époque au 2ème étage du 34, quai des Orfèvres. Son rez-de-chaussée qui demeure tel qu’il était en 1893 est composé de quatre pièces :

- A l’entrée, se trouve un petit vestibule avec des boiseries à étagères comportant des ouvrages de droit datant du XVIII et du XIX siècles.

 

La bibliothèque de la cour d’appel de Paris a été fondée en 1852, sur l'initiative de M. Delangle, Premier Président de la Cour d’Appel, qui s’intéressait au projet d’agrandissement du Palais de Justice et par conséquent celui de la cour.

A l’origine, les locaux de la cour d’appel étaient particulièrement étroits et insuffisants. La bibliothèque de la cour d'appel se trouvait à l’entresol de l’actuelle galerie marchande qui donne sur la Cour du Mai. Il existe peu de documents pouvant nous renseigner sur l’ancien emplacement de la bibliothèque, la plupart des archives ayant brûlé dans l’incendie de 1871.

Les travaux de la cour commencés vers 1847 s’étalaient sur plusieurs années et avançaient très lentement lorsque l’incendie de 1871 provoqué par la Commune éclata en faisant d’énormes ravages dans le Palais.

Un nouveau projet de reconstruction du Palais de Justice présenté par l’architecte Daumet proposait à la fois la reconstruction de la cour d’appel, l’agrandissement et l’achèvement du Palais. Ainsi, concernant la cour d’appel, les travaux prévoyaient l’appropriation des bâtiments du quai des Orfèvres et la construction d’un bâtiment au fond de la Cour de la Sainte Chapelle afin d’installer de nouvelles chambres, divers services et la bibliothèque de la cour.

La Préfecture de Police qui occupait une partie de l’emplacement actuel de la cour sur le quai des Orfèvres, devait quitter définitivement le Palais pour s’installer en face, à la Caserne de la Cité. Le transfert dans les nouveaux locaux ne fut pas très rapide, ce qui ne facilita pas l’exécution des travaux de la cour d’appel qui durèrent de 1883 à 1893.

Dés le début, il était prévu de construire un grand espace permettant d’entreposer un important fond de bibliothèque. La bibliothèque de la cour d’appel se tient depuis cette époque au 2ème étage du 34, quai des Orfèvres. Son rez-de-chaussée qui demeure tel qu’il était en 1893 est composé de quatre pièces :

 

- A l’entrée, se trouve un petit vestibule avec des boiseries à étagères comportant des ouvrages de droit datant du XVIII et du XIX siècles.

 

vestibule bibliotheque

 

 

- La seconde pièce, le Salon Bleu dit « Salon d’Aguesseau » est un salon de lecture des quotidiens et périodiques depuis sa création en 1884. Cette pièce servait autrefois de fumoire aux magistrats entre leurs audiences et la rédaction de leurs arrêts. Après la seconde guerre mondiale, le salon abrita la 16ème Chambre de la cour pendant environ une quinzaine d’années.

 

salon bleu bibliotheque

 

 

- Enfin, dans la quatrième pièce, dont le mobilier a été entièrement remplacé, on peut y trouver des revues juridiques autres que le Dalloz-Sirey et la Gazette du Palais, ainsi que différents dictionnaires et encyclopédies.

 

salle lecture bibliotheque

 

La bibliothèque dispose de nombreux ouvrages anciens tels que :

·         « Les Ordonnances des Rois de France » en 13 volumes (1723 à 1782)

·         « Magistrature française » par Sapey (1858)

·         « Le Tribunal et la Cour de Cassation » Imprimerie Nationale (1849)

·         « Histoire sociale du Palais de Justice » par E. De Saint-Auban (1895)

·         « Lettres du Cardinal de Richelieu » en 8 volumes

En revanche, la bibliothèque ne possède pas les archives anciennes de la cour d’appel. Elles sont déposées aux Archives Nationales et aux Archives de la Seine, à Paris, depuis 1836.

 

   

pied de page