Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > ACTUALITES > Première visite du garde des Sceaux et du secrétaire d'Etat

26 juin 2009

Première visite du garde des Sceaux et du secrétaire d'Etat

Le Palais de Justice de PARIS a accueilli, jeudi 25 juin, Michèle Alliot-Marie ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des libertés, et Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la la Justice

© Cour d’appel de Paris - Christophe Patureaux

Michèle Alliot-Marie ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des libertés, et Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la justice, se sont  rendus ce jour, pour leur première visite officielle, au Palais de Justice de Paris où ils ont été accueillis par Jean-Claude Magendie, premier président de la cour d’appel, Laurent Le-Mesle, procureur général, Jacques Degrandi, président du tribunal de grande instance et Jean-Claude Marin, procureur de la République.

Le garde des Sceaux et le secrétaire d’Etat ont visité la permanence du parquet de Paris (P12) où ils ont pu s’entretenir avec l’ensemble des personnels assurant la permanence téléphonique du parquet.

Ils se sont ensuite rendus dans la chambre du conseil de la 1ère chambre civile, où ils ont pu rencontrer plusieurs magistrats et fonctionnaires de la cour et du tribunal.

Le garde des Sceaux a tenu à souligner l’esprit de dialogue qui doit, selon elle, fonder sa méthode. « Je suis là pour vous écouter, vous rencontrer et mener des réalisations concrètes », a-t-elle ajouté.

Mme Alliot-Marie a également abordé différents sujets, notamment la construction du nouveau palais de Justice de Paris, l’état de certain bâtiments «  pas à la hauteur d’une justice moderne », ainsi  que le problème des heures supplémentaires non réglées.

Le garde des Sceaux ainsi que le secrétaire d’Etat ont enfin pu s’entretenir de façon plus directe, avec chacune des personnes présentes. Un échange qui, selon plusieurs avis, révèle une  écoute attentive et une volonté de dialogue avec l’ensemble des personnels.

© Cour d’appel de Paris - Christophe Patureaux

pied de page