Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > ACTUALITES > Développement durable à la cour d'appel de Paris

10 décembre 2009

Développement durable à la cour d'appel de Paris

La cour d'appel recycle son matériel informatique

La cour d'appel de Paris en partenariat avec l'association «Ateliers sans frontières» lance une opération innovante pour lutter contre le gaspillage et favoriser le développement durable par le recyclage de son matériel informatique.

<a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>

A l'initiative de Marie-Françoise Verdun, Magistrate déléguée à l'équipement, les postes informatiques déclassés acquis avant 2005 par la cour d'appel sont désormais enlevés et retraités par l'association "Ateliers sans frontières".

Créée en 2005, cette association loi 1901 a entre autres pour vocation d'accompagner les personnes en difficulté en accueillant des salariés en insertion professionnelle.

Concrètement, Ateliers sans frontières emploie une cinquantaine de logisticiens en contrat d'insertion (chômeurs de longue durée, jeunes sans qualifications ou personnes handicapées).

Après avoir reçu une formation, ces personnes reconditionnent les ordinateurs usagés fournis par des entreprises, collectivités locales ou administrations pour les mettre à la disposition des personnes à revenus modestes ou à des ONG oeuvrant dans différents pays comme le Maroc, l'Algérie, la Roumanie, ou l'Inde.


En offrant une deuxième vie à son parc informatique la cour d'appel de Paris souscrit aux projets de solidarité nationale et internationale menés par l'association Ateliers sans frontières.


Soutenir ces ateliers de réinsertion tout en réalisant une économie considérable en supprimant les coûts d'enlèvement et de destruction : une démarche écologique dans laquelle s'est désormais engagée la cour d'appel.

 

Pour en savoir plus sur l'association Ateliers sans frontières

ASF

 

Un premier retour d'expérience par Marie-Françoise Verdun, Magistrate Déléguée à l'Equipement et Isabelle Canova, chef de département des systèmes d'information :


crédits Rebecca Thery

 

Comment avez vous eu connaissance de cette association ?

 

"La circulaire du 20 juillet 2009 autorisant la reprise du matériel informatique à titre gratuit par les associations a été notre point de départ. Dès le mois d'août nous avons prospecté les différentes associations proposant le recyclage informatique et l'assocation Ateliers sans frontières nous a doublement séduit.

Elle propose non seulement la reprise gratuite du matériel, mais le retraitement et recyclage en créant des emplois."

 

Comment s'est déroulé cette première coopération ?

 

"Nous avons effectué une première visite dans les locaux de l'association au mois d'août et sommes convenus d'une convention de partenariat réglant notamment les questions de traitement de confidentialité des données.

Les disques durs sont d'ailleurs formatés par le service administratif régional (SAR) et nettoyés avec un logiciel recommandé par l'Agence nationale de la Sécurité des systèmes d'information."

 

Quelques chiffres-clés :

 

"Depuis octobre 2009, le partenariat nous a permis de recycler 223 postes et écrans, ainsi que 160 imprimantes sur le seul site de la cour d'appel de Paris.

Les TGI de Bobigny et de Créteil sont déjà très intéressés par cette coopération et le département des systèmes d'information du SAR tient à disposition de toutes les jurididictions du ressort le modèle de convention passé avec l'association."

 

Quelles sont les perspectives d'évolution ?

 

"Il s'agit d'un partenariat à vocation nationale et toutes les juridictions sont concernées.

Au lieu de voir le matériel informatique, renouvelé tous les cinq ans, détruit, Ateliers sans frontières permet en plus de réaliser des économies considérables sur les prestations d'enlèvement et de recyclage, qui deviennent totalement gratuites.

Un peu plus de mille postes peuvent ainsi être recyclés chaque année dans le seul ressort de la cour d'appel de Paris."

 

pied de page