Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > ACTUALITES > Rencontre avec des assistantes de justice de la cour d'appel

16 avril 2012

Rencontre avec des assistantes de justice de la cour d'appel

Les assistants de justice sont des collaborateurs de haut niveau qui apportent leur concours aux travaux préparatoires des magistrats. Pourtant, cette fonction demeure peu connue bien que très prisée par les étudiants en droit.
Les assistants de justice peuvent exercer leur fonction au sein des tribunaux d’instance, des tribunaux de grande instance, des cours d’appel, de la Cour de cassation ainsi qu’à l’école nationale de la magistrature (ENM).

 

Afin de mieux connaître les attributions des assistants de justice, trois assistantes de justice de la cour d’appel de Paris nous ont parlé de leur parcours, de leur travail au quotidien et des avantages de cette fonction qui les immerge au cœur de la justice.

Interview croisée de Laure Destee, Marion Leyritz et Vanessa Bah, assistantes de justice à la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.        

Laure Destee - crédit photo : scom/C.Grenon

Quel est votre parcours ?

Laure Destee : J'ai effectué un master 2 en droit privé général et je suis actuellement en alternance à l’Ecole de Formation du Barreau de Paris (EFB) pour devenir avocate.

Marion Leyritz : Je suis titulaire depuis 2008 d’un master 2 en théorie et pratique du procès, et je suis également en alternance à l’EFB.

Vanessa Bah : J’ai un master 2 en droit pénal de l’entreprise que j’ai obtenu à l’université de Versailles-St Quentin. J’ai fait plusieurs stages en cabinets d’avocats avant de devenir assistante de justice. Ayant un profil plutôt pénaliste et affairiste, je suis affectée au pôle financier de la chambre de l’instruction de la cour.

Marion Leyritz - crédit photo : scom/C.Grenon

Comment postuler pour devenir assistant de justice ?

Marion Leyritz : Il faut envoyer un dossier avec CV, lettre de motivation, et copie des diplômes à la juridiction où l’on souhaite exercer. Personnellement, j’ai eu une réponse rapide, et un mois après j’avais un entretien à la première présidence de la cour d’appel de Paris. J’ai eu de la chance, j’ai pu choisir mon affectation à la chambre de l’instruction des mineurs de la cour. La rémunération est de 450€ par mois pour 60 heures mensuelles. Nous sommes recrutés par contrat pour deux ans, renouvelable deux fois. C’est une activité professionnelle idéale pour les étudiants en droit, qui laisse beaucoup de temps pour réviser les partiels ou concours.

Quels sont les avantages de votre fonction ?

L.D : Nous disposons d’une approche rigoureuse du droit et nous mettons en pratique nos connaissances. Etant affectée au pôle terrorisme et criminalité organisée, j’ai accès à des dossiers sensibles liés à l’actualité. J'ai entre les mains des informations soumises à l'instruction et j'ai la chance de travailler en profondeur sur les affaires. Je peux voir le fonctionnement des procédures, j’ai appris la façon Vanessa Bah - crédit photo : scom/C.Grenond’examiner les pièces, j’effectue des recherches et rédige des projets d’arrêts.

M.L : Ici, j'ai une vision pratique au-delà de la théorie apprise pendant mes études. Je pense qu'être assistante de justice me permet d'avoir une expérience riche, formatrice et utile pour ma carrière. On peut assister à des audiences, se pencher sur des dossiers intéressants présentant des questions juridiques pertinentes etaméliorer sa façon de rédiger en utilisant des tournures de phrases spécifiques. Travailler au palais de justice permet aussi de se faire des contacts pour de futures stages.

V.B : Nous avons des liens privilégiés avec les magistrats et le greffe, et nous faisons vraiment partie de la chambre, ce qui est gratifiant. Au quotidien, je récupère des dossiers auprès des magistrats et je travaille aussi bien sur la forme que sur le fond des affaires. Les magistrats sont prévenants, disponibles et nous donnent de bons conseils. A leurs côtés, on se rend aussi compte que ce métier demande beaucoup d'implication.                                                                        

Plus d'informations

Portail Ministère de la Justice et des Libertés

Pour postuler :

Une lettre de motivation doit être adressée aux chefs de cour, accompagnée d’un curriculum vitae, d’une copie de vos diplômes sanctionnant une formation juridique de quatre années d’études supérieures, le justificatif éventuel de vos activités professionnelles antérieures, et l’indication de l’affectation géographique ou juridictionnelle sollicitée.

Les dossiers peuvent être transmis à l’adresse postale 34, Quai des Orfèvres, 75055 Paris cedex 01, ou à l’adresse électronique du secrétariat de la première présidence sec.pp.ca-paris@justice.fr ou du parquet général sec.pg.ca-paris@justice.fr

 

pied de page