Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > ACTUALITES > Chantal Arens, première présidente de la cour d'appel de Paris

09 septembre 2014

Chantal Arens, première présidente de la cour d'appel de Paris

Mercredi 3 septembre 2014

Au cours d'une audience solennelle tenue en présence de ChristianeTaubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de nombreuses personnalités, Chantal Arens a été installée dans ses nouvelles fonctions de première présidente de la cour d'appel de Paris par Edith Boizette présidente de chambre et par François Falletti, procureur général près la cour d'appel de Paris.

 

Installation de Madame Chantal Arens comme première présidente de la cour d'appel de Paris'appel de Paris

 

Chantal Arens qui succède à Jacques Degrandi est ainsi devenue le 29ème premier président de la plus importante juridiction de France et la deuxième femme à occuper ces prestigieuses fonctions, après Myriam Ezratty en 1988.

 

Photo JF Deroubaix

          

Les discours de bienvenue

Edith Boizette, présidente de chambre  

Aprés avoir rendu hommage à Jacques Degrandi, Madame Boizette a retracé le parcours professionnel de Chantal Arens marqué  par un exceptionnel sens du dialogue, de l'écoute et de la concertation.

Entrée dans la magistrature en 1977, Chantal Arens a exercé ses premières fonctions à Sarreguemines en qualité de juge d’instance puis elle sera ensuite successivement nommée à Metz, Thionville, Chartres, Versailles et enfin Paris où sa brillante carrière l’a conduite à connaître aussi bien le service pénal que les affaires civiles, en occupant des fonctions tant au Siège qu’au Parquet, avant de succéder, également à Jacques Degrandi, en mai 2010, à la présidence du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Edith Boizette a aussi  évoqué la grande compétence d'administrateur reconnue et appréciée de Chantal Arens au TGI de Paris de mai 2010 jusqu'à nos jours.


François Falletti, procureur général près la cour d'appel de Paris

Après avoir remercié les hautes personnalités pour leur présence à cette audience d’installation, moment particulièrement important dans la vie d’une juridiction, le procureur général, François Falletti, a rendu hommage à Jacques Degrandi, en soulignant le caractère harmonieux de leurs échanges dans l'exercice de leurs responsabilités au cours de ces quatre dernières années.

Puis, le procureur général a chaleureusement souhaité la bienvenue à Chantal Arens, évoquant la richesse et la diversité de son parcours professionnel, les ayant déjà conduit à travailler ensemble sur des dossiers communs à de nombreuses occasions.

Y associant les magistrats de son parquet général, il a assuré la nouvelle première présidente de relations empreintes de loyauté et animées d’un esprit constructif d’autant plus précieux au regard de la dimension hors norme de la cour, sur le plan de la gestion des ressources humaines et du traitement de ses contentieux spécifiques nationaux ou inter-régionaux en plein essor.

Il a insisté sur la poursuite de la mise en œuvre des actions de modernisation de l’institution judiciaire, évoquant notamment la construction du nouveau Palais de Justice des Batignolles, le renforcement du rayonnement de la cour d’appel par la diffusion de ses travaux et la nécessaire prise en compte des spécificités de l’Ile-de-France dans ses relations partenariales.

Il a souhaité à Chantal Arens une pleine et entière réussite dans l’exercice de ses missions qu’il se réjouit de pouvoir accompagner au service de cette cour d’appel exceptionnelle.

Discours de Chantal Arens, première présidente de la cour d'appel de Paris

Dans son discours, Chantal Arens a remercié l'ensemble des hautes personnalités, les magistrats et fonctionnaires de la cour et du TGI présents à son installation. Elle s'est ensuite associée au bel hommage rendu à son prédécesseur Jacques Degrandi.

Elle a rappelé qu'elle souhaitait « privilégier un mode de management participatif », et s’est engagée à « veiller à la cohérence, la cohésion, la justesse et l’équité dans la répartition des moyens du ressort de la Cour d’appel de Paris » afin d’accompagner les grands projets menés dans les juridictions de son ressort.

Soucieuse d’assurer un rayonnement interne et externe, « qui lui paraît fondamental », elle a déclaré que sa nouvelle juridiction « entendue dans sa globalité, doit tirer partie des immenses qualités de ses magistrats fonctionnaires, et ainsi, être un laboratoire pour améliorer le traitement des contentieux et donner l’image d’une justice en mouvement, attentive aux évolutions sociétales et aux attentes des justiciables ».Chantal Arens a conclu son propos , en rappellant que dans la période de crise actuelle, "la Justice et les valeurs qui structurent l'institution doivent rester des repères".

                                                                             

Photo JF Deroubaix
Chantal Arens, première présidente et Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la justice. Discours de bienvenue de Madame Boizette, présidente de chambre

 

photo JF DeroubaixPhoto JF Deroubaix
Discours de François Falletti, procureur général près la cour d'appel de ParisDiscours de Chantal Arens, première présidente de la cour d'appel de Paris

 

L'audience solennelle d'installation de la nouvelle première présidente de la cour d'appel de Paris en images

Photo JF Deroubaix
Photo JF DeroubaixPhoto JF Deroubaix
Photo JF DeroubaixPhoto JF Deroubaix

 

            

pied de page