Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > LES COSTUMES DE JUSTICE

Les costumes judiciaires

Les robes actuelles des magistrats, composées à l'origine d'une soutane - robe noire qui ressemble à l'habit du clerc - et du manteau - robe rouge d'origine royale - maintenant réunis en un seul costume, notamment pour le Premier Président et le Procureur Général, constituent une ancienne tradition qui date du XIIIe siècle.

costumes_judiciaires

Les costumes judiciaires

Les robes actuelles des magistrats, composées à l'origine d'une soutane - robe noire qui ressemble à l'habit du clerc - et du manteau - robe rouge d'origine royale - maintenant réunis en un seul costume, notamment pour le Premier Président et le Procureur Général, constituent une ancienne tradition qui date du XIIIe siècle.

Sous l'ancien régime, les rois donnaient, chaque année à l'ouverture du Parlement ou lors de la création d'un nouveau parlement en province, des costumes semblables aux leurs aux magistrats des parlements ; costume que le roi portait au moment de son sacre, lorsqu'il entrait dans une ville et à son enterrement.

Cette coutume matérialisait le principe selon lequel la justice est l'attribut essentiel des souverains. Le roi délègue aux magistrats le soin de rendre la justice, aussi ces derniers devaient porter les mêmes habits que lui.

Après l'interruption révolutionnaire, lorsque le Consulat et l'Empire réorganisèrent la magistrature, furent créées des séries de costumes correspondant aux trois catégories de juridictions : cour de cassation, cour d'appel, tribunaux de première instance.
Depuis l'arrêté du 23 décembre 1802 (2 nivôse an XI) et le décret du 30 mars 1808, tous les magistrats doivent porter, en audience, leur costume.
Le greffier porte dans l'exercice de ses fonctions le costume d'audience imposé par l'Empire. Il le met aux audiences ordinaires et aux audiences solennelles.
Un tableau des costumes judiciaires a été élaboré dans le code de l'organisation judiciaire de 1978.

Aujourd'hui le costume judiciaire ne symbolise plus l'appartenance des magistrats à la justice royale. " La robe est un symbole d'uniformité, d'égalité entre les trois magistrats qui composent le tribunal et de rappel à ceux-ci des devoirs de leurs charges ". "Symbole, la robe est signe d'intemporalité, d'universalité. La permanence du costume judiciaire représente la permanence de l'institution judiciaire et sa capacité à maintenir ses rites ". (Alain Girardet, Vice-président du tribunal de grande instance de Paris).

Le rabat et l'épitoge sont les deux principaux accessoires qui permettent de distinguer les professions judiciaires.

En cliquant vers les professions judiciaires mises en scène dans cette salle d'audience simplifiée vous découvrirez le rôle des acteurs de la justice et leurs différents costumes. Nous vous proposons une présentation des costumes judiciaires au tribunal de grande instance, à la Cour d'appel et à la Cour de cassation.

navigation_salle_audiencesiege parquet greffe greffe huissier audiencier

pied de page